Opel Insignia GS : Avis et Performances

Derrière la pompeuse appellation grand sport. cette nouvelle Insignia peine à convaincre. sérieuse, spacieuse et honte routière avec ce diesel de 136 ch, elle manque d’arguments forts pour se rendre indispensable.

Remplacer une berline à succès n’a rien d’évident. La nouvelle lnsignia en témoigne, elle qui succède à une première génération qui a connu une jolie carrière … qu’elle aura du mal à égaler. D’abord parce que les routières n’attirent plus les foules, qui ne jurent plus que par les SUV Ensuite, parce que la concurrence s’est tellement affûtée qu’une nouvelle venue se doit de dégainer de solides arguments. Et de ce point de vue, l’Opel laisse dubitatif. Derrière une ligne agréable, son meilleur atout est d’offrir de série une panoplie d’équipements dernier cri: alerte anticollision et télématique évoluée avec connexion pour les smartphones (Android Auto, Apple CarPlay), sans oublier le système OnStar avec point d’accès Wifi 4G. Les ados « connectés » en panne de forfait apprécieront cette fonctionnalité, qui n’est toutefois offerte que pendant un an. De fait, l’écran de 8 pouces (7 sur la finition de base Edition) s’avère réactif, y connecter son téléphone est un jeu d’enfant, et l’ergonomie des commandes se montre plutôt réussie, avec des touches d’accès directes pour les fonctions essentielles. La présentation se veut rassurante, sans se

distinguer par une qualité perçue au-dessus du lot. Au moins, l’espace ne manque pas à bord de l’Opel, devant comme derrière tout comme côté coffre, facilement accessible grâce au hayon qui libère un espace généreux. Sévèrement mise au régime, l’lnsignia 1.6 diesel de 136 ch affiche 1 494 kg sur la balance, quand, en 2009, nous avions pesé sa devancière en 2.0 COTI à 1 66S kg (soit 171 kg de plus!). La sobriété en profite grandement: la nouvelle lnsignia est frugale (5,81) tout en se montrant nettement alerte en reprises. Ces chiffres flatteurs s’accompagnent toutefois d’un agrément de conduite quelconque: un peu faiblard sous 1 S0Q tr/mn, affecté d’une certaine inertie, trop sonore à l’accélération et affublé d’une commande de boîte de vitesses assez lente, le 1.6 diesel Opel n’aime pas être brusqué. Côté châssis, si l’lnsignia a progressé, elle reste moins plaisante à conduire qu’une Peugeot 508 âgée de bientôt sept ans. Enfin, concernant le confort, notre variante à roues de 17 pouces sans amortissement piloté nous a moyenne· ment convaincus, certaines trépidations étant mal fil. trées. Bref, l’lnsignia progresse … mais pas assez.

 

 

Separator image Publié dans Auto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *